Fauve – Tunnel

a parfois le cœur soulevé par la sauvagerie du monde
On est écœuré par l’annonce d’une nouvelle tyrannie
Le raffinement des anciennes par les mensonges
L’odeur du fumier dans les villes
L’horreur qui pèse sur tous nos lendemain
On s’englouti alors dans un sombre désespoir
On a peur, on a honte puis on est triste d’être humain
On réclame alors une naissance nouvelle, ou du moins l’admission par baptême dans une nouvelle confrérie
Et on redoute de n’pas pouvoir obtenir ni l’un ni l’autre, que le monde refuse de s’arrêter pour nous et qu’on ne peut que le quitter
Plonger dans une douteuse éternité

Notre foyer lui même nous semble hostile comme si tous les talissements qui définisse notre identité c’était retourné contre nous
On se sent déchiré et empiécé en morceaux
On prend alors avec terreur que si on n’peu pas s’asseoir pour réunir ces morceaux et les assembler à nouveau
On va devenir fou

Mais parfois se produit pourtant une manière d’événements mystérieux et éblouissants, qu’on contemple encore longtemps après, et avec émerveillement mêler du respect qu’impose le feu sacré

Updated: 19 July 2018 — 21:41

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *